La chute de qui?

Vu au cinéma & savouré – 33 ans après le premier opus, le troisième volet de la trilogie de Denys Arcand:
Je pense que l’argent n’a pas corrompu. L’argent a gagné par défaut, parce que tout le reste a disparu. […] Le fric devient omniprésent parce qu’il n’y a plus rien d’autre.
Toute est d’la marde anyway.
Info intéressante: il y aura toujours du cash parce que les politiques l’utilisent à titre personnel et comme monnaie d’échange. Ah bon! Au Québec aussi?