Anecdote fiscale

Allant régler la taxe foncière par carte bancaire, après avoir attendu un long moment dans un sas qu’un monsieur en t-shirt vienne m’ouvrir car « le bouton d’ouverture est défaillant et je dois me lever pour ouvrir » dit-il.
J’attendis que la caissière dans son bocal, abritée derrière sa vitre épaisse, ait terminé de comparer son repas de Noël avec sa copine.
Oui ? Me dit-elle. Je lui présentais sur mon portable le document taxe foncière. C’est super ! S’enthousiasme-t- elle, je n’en avais jamais vu sur un téléphone. Elle était ravie de la découverte. Après avoir récupéré mon portable (on ne sait jamais !), je lui demandais comment faisaient les personnes qui n’avaient pas accès à internet et s’il était vrai qu’elles étaient taxées.


Oui bien sûr me répondit la trentenaire. Mais elles peuvent remplir des formulaires de recours gracieux.
Tandis qu’elle imprimait 3 copies de mon avis de paiement, dont un qu’elle me remit, mû par un soudain pressentiment, je m’enquérais :
– Vous-même remplissez votre déclaration d’impôts via Internet.
– Oui, mais comme je n’ai pas Internet chez moi, je vais le faire chez mes parents.
– Vous habitez à coté de chez vos parents ?
– Non, ils vivent à Tarbes.
Mutine, elle me confie :
– Je descends exprès 2 jours avant la date limite – je suis un peu rebelle – pour faire la surprise à mes parents.