Faire la grève de grèves

Envie d’une grève isolée
Avec juste des cailloux partout,
Des arbustes vieux,
Des cieux pieux,
Des nuages bas,
Et des oiseaux hauts,
A observer
Toute la journée
Et pourquoi pas
A qui causer.

Assis jambes croisées
A contempler
Sur l’horizon
Des fumeux bateaux
Pour se rappeler
Qu’au-delà
De l’océan bleu
Le monde s’agite
Mouline des bras
Fait son foufou,
Les peuples
S’excitent,
Dissonant diapason.

Ile isolée
Mais pas solitaire
A ne rien faire.
Vaquer à se distraire,
Travaux nécessaires
A nous sustenter.

Nous,
Pour palabrer
De tout
Et de rien,
Juste inventer
Le lendemain
Et apprécier
Chaque matin.

Et rire,
Et sourire,
Et applaudir
Chaque seconde
De ce monde.

Les grèves
Sont en grève
D’imaginaires.
Trop préoccupées
D’être isolées
Pour que tes fesses
Et ton derrière,
Tu n’ailles y poser
Belle abbesse.
Et que tu n’attires
Les satyres.

Faire la grève
De grèves
Bloque les rêves.