Vieille histoire de tribord volé

Il était une fois, nos yachts en bois avaient 10 ou 15 ans de moins, du côté de Bénodet lors des Rendez-Vous de la Belle Plaisance.

Saba, tout dessus, équipage souriant et au taquet – le sourire au taquet est une particularité sabbatique -, remontait au près serré tribord amure sur une mer à peine vaguelée. Bateau calé, barre dans l’axe, voiles bien réglées. Le dream quoi !

Arrivant bâbord amure sur bâbord avant en route de collision d’école, déboulait le nez inimitable de Kraken, le chasseur de podium ! Génois bridé jusqu’au cockpit, équipage planqué derrière, barreur invisible. Kraken fantôme !

On se dit, c’est Kraken, il va bouger sa barre et nous montrer ses fesses en virant ! Que nenni, rien que dalle, seurt ebet, … !

A bord de Saba, on fait silence concentré en régate, on n’hurle pas « tribord » ou autres alertes et conseils aux autres. Les seuls éclats sont des éclats de rires.

Donc, Saba, juste avant de grimper sur Kraken, abat pour lui passer au cul.

 

A la barre de Krakou, le célèbre Fanch, petit fils de la célèbre Fine qui fut passeuse à l’aber Ildut, ne tourne même pas la tête. Habituellement, lorsqu’il est prioritaire, il fait de grands signes. Là rien disais-je. Sauf qu’on le connait, l’animal !

Saba ne porte pas réclamation ou rarement. Et pas contre de vieux potes. On a déjà tellement à se bagarrer dans la vie à terre qu’on apprécie la paix des flots.

Une fois à terre, j’approche l’équipage de Kraken – que des vétérans des guerres classiques – et signale le refus de tribord au boss qui feint l’étonnement et enchaine des arguments pourris :

– J’étais à l’intérieur et je ne voyais rien derrière le génois. Et puis Fanch ne connait pas le bateau !

Grosse rigolade de la Saba dream team !

– OK, Bertrand – et oui c’est lui ! -, on va dealer un truc. Tu me dois 3 refus de tribord !

– D’accord, répond-il (avouant ainsi sa faute). Se disant que j’allais oublier.

J’affutais mes refus de tribord ! Le premier fut nerveux – Bertrand se méfiait de l’oubli ou pas – et grandiose. Sous spi travers, Saba bâbord (pour ceux qui ne suivent pas !) et Kraken tribord. Belle route de collision à 7 nœuds.

J’avais missionné un équipier à la VHF.

– Kraken, Kraken de Saba. J’ai une bonne histoire de tribord à te raconter !

J’ai cru entendre un « mert » mais sans doute était-ce le cri d’une goèl ?

Comme un accord amical n’a pas de limite temporelle, il doit rester 2 refus de tribord de Saba sur Kraken. Je dis ça, je ne dis rien. Et j’ai une gast de mémoire pour les trucs rigolos.

Les commentaires sont fermés.