Editothèque

Edito Juillet 2011 virgule 2

Edito July 2011 comma 2

Les voies d’eau du navigateur sont imperméables
Spring a link is never good, even in summer.

When in July

He, the guy,

Writes a 2nd édito

C’est qu’il fait beau

That’s cause the weather is fine

Même quand le bateau a une voie d’eau

Even when the deep salt sea enters in his boat

1a

Lire la suite de cette entrée »

Edito Juillet 2011

9romeojuliette

Va donc dire à dame Juliette

Que son adoré Roméo

Etendu sur son paréo

Prend le soleil et l’attend

Sur la plage de sable à l’avant

D’après J.W. Espire,
tragédien tragique suicidaire

He met Marmalade down in Old New Orleans

He sat in her boudoir while she freshened up

The boy drank all that magnolia wine

Upon her black satin sheet where he started to freak

Touchin’ her skin feelin’ silky smooth colour of cafe au lait

Voulez-vous coucher avec moi ce soir?

By Lady Marmalade

9cabaret

Lire la suite de cette entrée »

Edito Juin 2011

Çui là qui fait les foins en juin
Aurait d’la chaleur de trop
Qu’ça m’étonnerait point
Et qu’si son champ manque d’eau
L’a qu’à v’nir avec nous aut’es matelots
Voir la mer d’près sur not’ bateau

Comptine de Thomas Lacon (1873 – 1954)

A propos du rien vélique lorsqu’il y a trop ou pas assez de vent.
When sailing is between nothing and too much.

La mésaventure arriva à des amis nautiques qui adoraient naviguer. Ohé ohé. Un beau matin, ils quittèrent, alertes, le port de Bizerte (بنزرت), port tunisien posé à 10 bornes du Cap Blanc. Justement, leur départ matinal, à l’heure où fléchit ta compagne, l’était trop car le vent lui n’était pas levé. Calme blanc sur le cap Blanc. A environ 20 milles devant. Entre, les îles Cani, Bal et Zet. Voiles en taud, ils scotchèrent assoupis.8cani-islandsCani Islands…qui est Zet ? Bal est là ?

 

Lire la suite de cette entrée »

Les digressions de Lady Taud

1gilles-de-retz-plus-vrai-que-natureDe Gilles de Rais (Retz) à Delta Sierra Kilo.

Les campagnes angevines, poitevines, liguriennes conservent assurément enfouie dans leurs bocages la mémoire du passage des séides rabatteurs du capitaine de Jeanne d’Arc et maréchal de France, Gilles de Rais (Retz), premier baron de France à avoir été jugé, condamné, pendu et brulé.

1landruDes souvenirs aussi vivaces et prompts à ressurgir que ceux de la bête du Gévaudan et des fumées échappées de la cuisinière gambaisienne du sieur Henri Désiré Landru.

Gilles, c’était le Moyen Âge.

Depuis, c’est la République où l’élu l’est sur des « valeurs » qui mènent des ministres en goguette diplomatique offshore à perpétrer les traditions cavalières hexagonales auprès des horizontales ressortissantes (et ressortissants, la parité que diable !) des colonies, protectorats, périphériques et antichambres.

On raconte chaque heure une nouvelle histoire de jambes en l’air consentantes ou forcées. Les fausses pistes et les vrais scoops font naitre l’enthousiasme pour des impasses regrettables ici-bas ; en haut, tout se règle en famille. Le voleur de poule n’entre pas dans la basse cour du zoophile ; comme l’amoureux platonique n’interfère pas sur le consommateur de sexes.

1gevaudanGeorges Bataille (Le Procès de Gilles de Rais, 1965) voit en Gilles de Rais la figure exemplaire d’une époque de la féodalité où la raison balbutiante n’avait pas encore muselé la fête archaïque de la violence : « Sa noblesse a le sens d’une violence ne regardant rien et devant laquelle il n’est rien qui ne cède ». On pouvait invoquer l’archaïsme médiéval ou du moins le prétexter.

 

Faut-il sauver le soldat Stroscane ? Gilles de Retz, pair de France, bénéficia d’un traitement de faveur dû à son haut rang. On ne le brula que partiellement afin qu’il puisse être enterré ; ses camarades de jeu furent incinérés jusqu’à complète disparition.

Je sais pourquoi on a inventé le mal de mer : pour donner un nom et faciliter la nausée.

Edito Mai 2011

7muguet

Pluie à la Sainte Pétronille
Vernis ta godille
Soleil à la Saint Achille
Astique ta pendille

 

(Exergue de l’épître de l’apôtre aux Sabatiens)

 

Bienvenue au doux mois de mai qui va nous
permettre de fendre à nouveau les flots

Welcome to the pretty month of May
when coloured flowers grow up on golf greens

Lire la suite de cette entrée »

Edito Avril 2011-2

En avril, ne te découvre pas d’un, Phil !

Cet avril-là fait mentir le fil des saisons «Noël aux tisons, Pâques au balcon»
ou plutôt Pâques rubicond. N’allons pas nous plaindre !
6a
Saba
s’est peaufiné peintures et vernis avec l’aide active de
Jean-Michel, Eric et Vincent et le soutien moral de tou(te)s les autres.

Lire la suite de cette entrée »

Edito Avril 2011-1

5barque
La petite barque par Emile Friant (1863-1932).

En avril, change les piles, Dupont !

Lors des millénaires où la marine était à rames, à voile et en bois, la marche des navires souffrait de la prolifération des organismes marins qui – tel le rémora ami du squale – utilisaient les coques pour voyager gratuitement. L’anatife – un crustacé, pas un mollusque – par exemple qui est du type passager clandestin crampon. Et le taret – mollusque hermaphrodite – qui aura largement contribué à envoyer navires et équipages par le fond. « Les navires plus percés par les tarets que ne le sont les rayons de miel » ajoute Christophe Colomb pour le Saba blogsite. Les ancêtres grands navigateurs (Phéniciens, Egyptiens, Grecs, Romains, …) doublaient les coques de bois, de cuivre et de plomb.

Lire la suite de cette entrée »

Edito Mars 2011-2

4carenage

Esparmage à Sète d’un bateau-bœuf (à ne pas confondre avec le bateau beauf’).
Non seulement on carénait ainsi mais on réparait aussi.

Carénage de printemps

On le sait, les flottes professionnelles (commerce, militaire, pêche, …) badigeonnent leurs surfaces mouillées de produits fongicides violents à faire s’évanouir les baleines qui les croisent amicalement à moins de deux milles. Le plaisancier classique, lui, qui participe à la sauvegarde du patrimoine et de l’univers maritimes, doit sous peine d’amende gruter & caréner sur les zones idoines et utiliser des antifoulings + ou – écologiques. Comme le bio se vend bien le bio est cher. Bientôt l’antifouling à l’eau que tu passeras juste pour la bonne conscience de l’avoir fait. Ensuite, dilution immédiate. Marketing à 360° autour du plan de sauvetage de la planète. Donc, pour Saba, la toilette sous marine est faite.

Juste une appréhension : la radioactivité qui nous arrive de l’empire du Soleil Levant ne va-t-elle pas détruire les petites molécules fongicides ? J’ai interrogé l’OMS, une commission va être formée prochainement pour évaluer la pertinence du sujet.

  Lire la suite de cette entrée »

Edito Mars 2011-1

En avant Mars

Il y a tout  juste 2055 ans, le 15 mars, Jules César tombait sous les coups de poignards et les glaives des conjurés menés par Brutus. La sortie définitive de l’un fit entrer les deux dans l’histoire. Marcus Junius Brutus (brutus lat. lourd, pesant, stupide) est sénateur, juriste et philosophe et le fils de Servilia qui partageait la couche et la vie de César imperator. Etait-il l’amant de sa mère ou sa mère la maitresse de l’empereur ? Question fondamentale.

Après s’être écrié : « Malheureuse vertu ! Tu n’étais qu’un mot ; je te cultivais comme une réalité, et tu étais l’esclave de la fortune. » Brutus s’approcha de Straton et « prenant son épée à deux mains par le manche, il se laissa tomber de son haut sur la pointe, et il se tua ainsi. » (Plutarque).

Epoque mouvementée même si l’Histoire est concentrée. Aurions-nous stoppé le désir d’aussi beaux départs emphatiques et honorables chez nos gouvernants accrochés à leurs pouvoirs comme la vérole l’était sur le bas clergé ?

Lire la suite de cette entrée »

Edito Février 2011

En février sors ton lévrier !

Il fallait absolument se démarquer de la froideur engeluresque  qui sévit ses frimas sur nos latitudes attitudes et habitudes. L’hiver est là et nous rend las. Plusieurs attaques printanières déjà qui, ont fait accroire aux lilas et autres fleurs champêtres que ça y était, que le doux soleil allait les réchauffer de ses doux rayons béatitudants.

Même la marmotte de mon voisin alpiniste y a cru. Elle s’est ébouriffée, a sifflé et a dit tout haut – à la vision du désordre caille caille- ce que les autres osent à peine penser : gast de merde !

Donc, afin de réchauffer les cœurs, les protège cœurs et les cœurs à l’ouvrage, le sitblog de Saba affiche cette superbe toile allégorique (grouik grouik) de James Herbert Draper (peintre britannique – 1863 – 1920) intitulée Ulysse (notre père antique) et les sirènes.

Afin d’éviter toute forme de remarque féminine quant au machisme induit, il existe sûrement l’équivalent libidino subliminal de Sirène et les Ulysses. Il faut juste créer le concept. Bonne chance, fraulein y guapas.

Donc, bon Février qui, mois ordinairement court, arrive à point tel un lévrier à la longue foulée.

 2draperDraper Herbert James, Ulysse & the Sirens

Lire la suite de cette entrée »

Page 21 sur 22
1 19 20 21 22