Editothèque

Capeyer au déjeuner

Sortie prise en main entre deux écluses à bord de Saba avec Régis son nouvel armateur. Mer belle, vent comme il faut et même soleil. Régis avait apporté le déjeuner moi sorti du cellier le Gamay que j’aime.
Nous avons capeyé entre Marie Anne et le Lavardin. La cape. L’un des fabuleux avantages de nos carènes à quille longue. Yech mad.

Saint Christophe de La Rochelle à La Baule

Jolie goélette au gréement Marconi a coque acier de 20m construite en 1934-1935 à Amsterdam par le chantier Gérard de Vries Lentsch, sur des plans de  Victor Brix, j’ai embarqué pour l’équiper en vue de participer au Défi des Midships où des étudiants s’affrontent lors de joyeuses régates et de soirées enjouées. Bref, c’est la joie.

J’avais déjà participé à cette compétition avec Saba aux Sables d’Olonne puis en skippant Ilaria à Port Haliguen.

Nous étions 3 à bord, Laurence, Yves le skipper et moi-même en quittant La Rochelle ce lundi matin fraîchoux de mai. Les fichiers aléatoires dès que les vents viennent du SSW donnaient un peu d’ouverture aux voiles. Que nenni. Ce fut du près. Durant 12 heures. Vagues croisées de 5 à 6 mètres qui passaient sur le pont comme sur celui d’un cargo qui ne soulage pas. Equipage trempé malmené.

Sortant de chantier, Saint Christophe n’était pas préparée  à naviguer. Il m’avait été demandé de skipper le yacht durant les régates. J’ai décliné. Trop de risques potentiels avec un équipage néophyte.

La suite est personnelle. Mais tout s’est bien terminé.

Il le lui avait dit

Il le lui avait dit
Saba est en partance
De ses premières vies
Pour une nouvelle enfance
Un nouveau patron
Une nouvelle passion.
De fait, il avait admis
Le boss, lui,
De gagner l’horizon
Et ses mers mêlées
A bord d’autres navires

Avec d’autres équipiers

Pas mieux, pas pire.

Changement d’armateur

Et voilà, Saba change de boss!

L’idée était dans l’air salin. Après 24 ans d’attentions et de navigations partagées et un bon état général, il était temps de faire profiter de la la légende à un autre.

Parmi les candidats, c’est Régis Lescop le Finistérien vivant à La Rochelle qui a su convaincre – me – convaincre. Saba reste amarrée au bassin du Musée d’où elle partira vers de nouvelles aventures.

Ah oui! La dernière édition de la revue du YCC présente un article sur Saba.

Taud d’hiver ça y est!

Environ 3 h de boulot pour protéger la bête. Cela ira plus vite dès les beaux jours pour réarmer!

Voiles de Légende

Or donc, Saba participe aux Voiles de Légende à La Baule.
Du 30 juillet au 4 août.
Départ de La Rochelle le 27 juillet. Retour le 5 août.
Embarquements possibles pour 2 équipières et/ou équipiers
A disposition pour informations.
Bienvenue

Un ti tour canicule

Un ti tour canicule pour un salut à Saba.
Avec Cariacou à couple.
Cariacou est un design de Kim Holman de 1967 que Saba croisa sous pavillon britannique avant qu’il ne devienne Français.
Ah oui! Le cariacou est une sorte de biche ou de cerf!

Nables

J’ai emprunté l’idée de différencier les nables en fonction du liquide à un Normand de Normandie qui a arrêté le Calvados.
Yechd mad Pierre !

La revue 2022 est arrivée.

La revue 2022 est arrivée. Une belle constante depuis le numéro O paru en 2005 qui s’appelait alors CCA Challenge Classique Atlantique.
Les 4 parutions présentées sur cette page me sont chères car je me les suis faites à la main. Pangur Ban, Chantalaube, Chrisando, Kraken’s girls en Une.
L’actuelle parution présente 3 Maïca by Illingworth. Saba n’y est pas, pourquoi pas, alors qu’il fait partie des yachts fondateurs du club. Et que son boss a parrainé l’entrée des armateurs des Maïca Rouvelon et du Loup Rouge.
La jeune histoire n’a déjà plus de mémoire. Ici fût un commentaire ôté dans un souci sincère d’apaisement suite à la délation habituelle de l’accusateur inquisiteur officiel aveuglé par ses haines.
La prochaine édition sera-t-elle réalisée en écriture inclusive avec un sujet sur les black lives matter? Quien sabe.
Cornaqué par un approximatif à grands bras défieur de misfits et démissionnaire d’honneur, un gentil garçon, qui ignore ce qu’il fait là , est secondé par 2 gus qui veulent détruire l’existant au profit de leur propre néant démesuré.

gast de matelot

Si dans ta vie, tu penses être un must de régatier classique et un top marin, oublie.
Là, imagine, tu embarques à bord de Kraken II, le yacht qui a tout gagné depuis qu’il y a de l’eau salée sur terre.
Ensuite, et là tu tombes en pâmoison, tu navigues avec Bertrand, le Bertrand K. Il a fait le tour du monde par les 4 caps, tutoyé tous les cailloux cachés et tiré des bords d’anthologie à contre-courant. Entre autres.
Alors, quand tu rentres de naviguer avec lui tu te dis : avant j’étais qu’un foutu terrien les pieds dans les labours et maintenant je suis un .
Il embauche pour la saison classique !
Page 1 sur 27
1 2 3 27