Travaux

Refit à suivre 1

Prévu dans le refit: le tableau arrière en CP quelque peu bouffé par l’eau douce.

Go to Saint Brieuc le 20 novembre!

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

En novembre, les Maïca s’envolent

De Saint Brieuc à Baden, ça décolle!

Enregistrer

Dématage & grutage & hangarage

Saba démâté, gruté et hop au sec pour retour à l’eau au printemps. Aux bons soins de Benoit of Accastillage Diffusion Saint Brieuc.

Entre temps, de quoi jouer. Les bras vaillants sont les bienvenus avant d’embarquer.

 

 

 

 

 

 

Enregistrer

De Paimpol au Légué, revoir ma Normandie, j’irai

Paimpol, c’est maison. On se connait et s’accueille avant de reprendre les histoires du temps passé et présent. On s’y sent chez soi. Je n’étais pas revenu depuis juillet pour la Classic Channel.

Saba était déjà à l’eau et n’en faisait pas. Merci les attentifs Dauphin, grutiers de père en fils.

Venant de La Rochelle et Port louis, ce fut stop à Saint Brieuc chez Accastillage Diffusion où inventoriaient Sophie, Benoit et Philippe.

Go to Paimpol, batterie neuve, voiles embarquées, moteur démarré au presque quart de tour.  Ce Beta 3 cylindres est magique !

Le lendemain, dèj’ avec Jean François au Relais du Ledano et son menu boisson café à volonté. Roboratif, accueillant et prix resto ouvrier. OK ?

Voiles à poste, nettoyage des fonds à l’eau du port, poubelles nécessaires. Karcher pont et fonds au soir par l’expert.

Mercredi matin, 5°C secs, écluse gros coef à 8h25. C’est parti pour Saint Brieuc. Grand soleil froid, pas lui, le vent ! Veste de quart sur polaire. Mer tout juste vaguelée beau temps, plic ploc contre la coque. Saba heureuse, pas qu’elle.

Abattu bon plein, toutes voiles dehors – bon ok, GV & GSE, le spi était resté au port ! – visibilité de matinée frisquette. Courant avec, phare de Lost Pic et toutes les roches autour. Mez Goelo, le Pommier.

Justement le pommier ! Majorité normande à bord. Sophie du Neubourg restée à terre, Louviers et Rouen représentés depuis Lézardrieux, Paimpol et Ploërmel. On a failli causer cauchois. Ça l’aurait fait à Sark.

Les coquillers labouraient les fonds marins. Raclaient plutôt, remontant coquilles et cailloux

Cabotage ? Arrêt dèj’ à Saint Quay – le saint nom de Quay pour un port, ora pro nobis ! – puis, comme nous avions du temps avant d’écluser – l’écluse pas le gwin ru ! – le grand tour des roches de St Quay. Navigation de mémoire prudente car les cartes papiers n’étaient que lambeaux humides !

La mer est totale plate, les risées s’estompent, Saba avance doucement, courant poussant.

Chenal, écluse, pont, tout passé. Juste l’excité de service qui hurla et tempêta après Sophie qui nous attendait : « J’ai l’autorisation de prendre cette place à quai ! ». Gare ton caddie gringo. Avale ton bromure.

Voiles pliées rangées le soir même. Gaffe la rosée au matin !

Prochaine étape : démâtage, grutage et hangarage. L’histoire continue. A suivre.

Paris’s back to ma Belle.

 

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Révélations charpentières ! Saba à la découverte de l’antifouling paimpolais!

Quittons quelques temps la Lady Taud, sa goélette et ses croisières chypriotes et maltaises pour aborder à Paimpol, sa paimpolaise, sa falaise, son pardon en pays Breton. Où les sirènes de pompiers font « pinpol, pinpol » et celles de police stridulent comme partout, la démonstration que le pompier s’adapte au terrain alors que le policier tente de s’y cacher pour verbaliser caché (ok, je fais mon contestataire mais dans la région, les portiques revus par les bonnets rouges bougent !)

P1Donc, Saba, la belle est sortie du chantier de Maître Gilles où elle s’est fait une belle coque bien étanche – crossing my fingers – pour être entreposée dans le hangar annexe dont le faîte du porche rase le balcon. Traduction : ya pô de trop pour passer !
Benoit, Eric & my apple avons poncé, peint, antifoulé de 8 h du matin à 8 h du soir durant 2 jours. Arbeit prolongé tardivement « à la bonne mouillette » à sucer des glaçons chargés au punch pour tenter de suivre Céline qui fêtait son anniversaire ! « Dis moi Céline, les années ont passé » (ok, on a même chanté &  joué la chanson !).

Lire la suite de cette entrée »

Vive le SabaRefit crowdfunding !

Bon et bien voilà. L’essai est transformé !

Le financement participatif porte bien son nom et, surtout, m’a permis de me découvrir d’autres amis (j’insiste sur la qualification du substantif ami quelque peu socialement et utilitairement banalisé : lorsque l’on s’engage sur ses biens pour quelqu’un, l’acte amical est validé !), certains que je connais, d’autres moins et d’autres pas encore.

Si l’e-mondialisation était ainsi, la vie serait hyper belle !

Hier, je suis allé rendre visite à Saba dans son chantier paimpolais (1 AR de 1000 bornes, lorsqu’on aime on ne compte pas) et elle était très contente, bien abritée sous le hangar en bois de Gilles qui, la vie est bizarre d’imprévisible, avait les honneurs de Voiles & Voiliers.

2014-2703 atelier

Lire la suite de cette entrée »

1964-2014:le cinquantenaire du yacht classique

Il reste 6 jours à Saba pour être encore plus belle et plus solide.

Pour tout dire, l’idée de m’engager dans la démarche de crowdfunding participe de l’esprit qui règne à bord, en mer ou au port : on s’amuse efficace  chacun dans la recherche de son meilleur profil de matelot. J’en veux pour preuve les équipières – et piers – qui embarquent et ré embarquent.

Saba est déjà en chantier à Paimpol pour des travaux devisés et financés.  Hors, Saba fête son cinquantenaire de navigations cette année ! C’est là que l’idée est née de mettre à profit sa mise en chantier programmée pour en faire « plus » en faisant appel au mode de financement qui remet les relations humaines au gout du jour. Quelle que soit la somme créditée, nous partageons la même envie de faire.

J’ai donc décidé, pour celles et ceux qui ont déjà participé, comme pour celles et ceux qui vont participer avant le 26 (en complément des cadeaux inscrits sur le site), d’organiser 2 fêtes à bord avant la fin de l’année afin que chacun puisse participer.

Merci. Amitiés.

Saba Refit 2014

Merci à eux pour leur participation ! Les autres arrivent!

Lire la suite de cette entrée »

Docteur Pruneau et Mister Barbapapa

Docteur Pruneau et Mister Barbapapa

Rencontres opportunes et la mise en bouche qui s’ensuivit…

pruneau1pruneau2La lady s’éveillait d’une longue sieste durant laquelle, rapporta-t-elle, elle eut la vision d’un yacht en chantier, épontillé solitaire devant un chantier fermé. Un canote qu’elle jalousait en son for intérieur d’abord à cause de son patronyme de Saba qu’elle ne parvenait à raccrocher à ses quartiers de noblesse (Zequouine) et parce qu’elle ne pouvait – malgré sa polyandrie galopante – en être la reine car la place était aussi prise qu’inexpugnable.
Or donc, bon prince – bonne princesse dans ce cas est assez moyen comme expression – elle décida d’aller visiter la zona technica où vaquaient des artisans indolents aux airs de carénage.
Lire la suite de cette entrée »

Travaux 2012

Depuis la dernière sortie oléronaise et rochefortaise où des entrées d’eau inquiétantes par l’avant – suite de la collision avec quoi ? dans l’estuaire de la Loire – l’eau est bien montée au port.

Merci à Jan Mi pour sa vigilance et à Peppo pour sa pompe puisque celle (neuve) de Saba ne fonctionnait plus.

Comme le moteur ne démarrait plus ! Alléluia ! Nauticelec est intervenu : chargeur out à force sans doute d’être secoué par les variations de tension électrique et autres disjonctions portuaires ; le chargeur était allumé mais ne chargeait plus. Changement de chargeur.

Notre Dame des Flot partie vers l’Afrique, Johannes du port a installé une pompe « au cas où » en attendant la sortie de Saba et réparations prévues le 17 mars, antifouling, etc. et Mister Barbara le perfectionniste à l’étrave.

Page 3 sur 4
1 2 3 4