Kenavo Chères Amours

Je me rends compte à la lecture d’un commentaire adorable que je n’avais pas inséré ce roman sur mon blog! Où as-tu la tête bourrique?

Salut Philippe,
Je viens enfin de m’accorder le temps de lire ton livre que j’avais acquis au début de mes vacances…!
Je ne regrette pas; je me suis bien amusée!
Le premier qualificatif qui me vient à l’esprit, c’est littérature baroque, en raison du foisonnement des personnages et des situations, du vocabulaire, du style; es-tu d’accord?
J’ai eu un peu peur au début de l’exubérance du langage des premières pages (malgré un effet très réussi), mais en fait soit tu l’as un peu atténuée par la suite ou par moment, soit je m’y suis rapidement habituée. C’est vraiment original, distrayant, « rafraîchissant » oserais-je même dire, en dépit des morts, meurtres et autres raffinements ! Bien sûr, il y a le côté complot international qui sent son réseau voltaire, mais enfin les marins en viennent à bout en partie, ce que je trouve plutôt rassurant (te
concernant !). Le contexte « marin » (je ne suis pas sûre que cela soit le terme approprié) qui constitue la trame de l’histoire est très certainement ce qui en assure la réussite ; tu crées vraiment une atmosphère, qui efface le temps présent réel et sort le lecteur de son quotidien pour l’emmener à
« Douarn' ».

Bises

Catherine