Georges et Leonard, remember

Soudain, as a Lightning, Georges et Leonard me sont apparus si, très proches. S’en tapent où ils sont maintenant. Mais quand même, leurs dégaines. De brillants coolos, rêves d’amours pour ladies, charme à peine discrètement affiché. Des hommes de chair et d’esprit.
Je le dis ? Ben oui. J’ai croisé les deux. L’un à Paris ou suburbs, l’autre à Hydra. Des yeux qui t’observent si fugacement que tu ne veux pas les décevoir en trichant ta life.
Georges, le séducteur cosmique aux paroles de pâtre grec (facile) si bien de chez nous. Leonard, l’exilé au bout de son exil.
Observe amigo et admets que les poèmes survivent au temps.
Cite, cite-toi de ta mémoire d’enfant défaillante, ces mots, ces phrases si bellement imbriqués que tu pleures ta mère de n’avoir pas su les créer. Du moins pas au bon moment.
Tu leur pardonnes leurs vols pour la beauté qu’ils survolent.
Cheers U 2 

I do what I can for being different, as everybody, sisters & brothers.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer