Le diarrhéisme* du diarisme**

il_570xN.474924621_9fujSi coucher sur le cahier – dit « journal intime »- ses faits, gestes et questionnements permet de dater les circonvolutions de ses connaissances, il s’agit aussi de marquer impunément son territoire putatif en envisageant d’envahir, un jour ou l’autre, celui des autres. Aphorisme imbu : s’auto-satisfaire du monologue d’un personnage artificiel valorisé par la relation au questionnement courtois ou satisfait. Je suis autobiographe, je tiens mon journal. Je me penche sur moi en disant tout et parfois rien, juste un soliloque écrit. C’est une thérapie. Où les suggérés et les non-dits sont générés par la réserve relative envers ceux qu’on aime bien et que l’on souhaite ne pas imaginer hurler ou pleurer en parcourant rétrospectivement les dates et les faits subjectifs. Le journal intime est un suaire illustré de faits d’hiver.


papier-toilette-double-epaisseur-en-paquet-de-100-feuilles-lisse-colis-de-8-paquetsMais c’est bien un diary, un journal, tu concrétises en t’obligeant à formuler tes idées, pensées et réflexions ; tu deviens observateur de toi en espérant que  la relecture et l’analyse de l’erreur d’hier puisse ne pas se répéter en erreur demain. Les éléments positif,  genre bons souvenirs et faits glorieux, sont pensées fluides déconstipantes pour le diarrhéique du diarisme. La diarrhéique aussi. P

 

Diarrhéisme* de diarrhée
Diarisme** de diary, journal plus ou moins intime

femme_homme_wc

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer