Retour vers le dieu de ma porte

judas-dans-porte-cochere-487-l638-h387-cQue dit-on des dieux dans notre société à la laïcité storytellée opportuniste ? Que les dieux sont inutiles ou porteurs de guerres. Que le monothéisme est une invention récente après des millénaires de polythéismes. Et qu’il existe d’autres alternatives proposées, non par des dieux, mais par des humains qui se la pètent, grave.
Alors que nous devrions pouvoir choisir entre polythéisme, athéisme, agnosticisme, judaïsme et Yahvé le dieu d’exclusivité (Deutéronome), christianisme et le Dieu hypostasié (Dieu le Père, Dieu le Fils, et Dieu le Saint-Esprit = la Sainte Trinité), et l’islam « paix et soumission ». Comme on choisit ses amours, sa maison, sa nourriture, … pour être en harmonie d’humain.
Hors, si le besoin ou la relation avec une divinité est individuelle, les zélateurs des dieux sont humains ; aussi, l’apostasie, le blasphème, l’excommunication, la conversion autant que les démonstrations de la foi embrigadent les acteurs dans une armée dévote dont les rites sont théâtralité et slogans officiels : panem et circenses. Manipulations intestines pour grosses prises de tête, chère Christine.

Depuis plusieurs années, vies citoyennes et vies religieuses sont stigmatisées au point d’être confondues avec des appartenances raciales et des codes sociétaux. Du coup, déjà qu’on ne sait à qui se fier, on – hors fanatisme ou bigoterie – ne sait plus qui prier.

0aa14ffaadce4f2a835650487343e517Ne reste plus qu’à s’inventer des divinités puisque pharaon l’intermédiateur a cédé à ses pulsions en voulant devenir lui-même dieu à en mourir – la grenouille qui veut se faire aussi grosse que le bœuf – j’en suis arrivé au retour des dieux Lares. Domesticité intellectuelle visible rassurante et protectrice. Des âmes humaines admises au nombre des dieux depuis les Etrusques.
Pour débuter par le dieu de la porte que je peux ouvrir, fermer, qui protège, que je peux claquer ou clore doucement pour ne pas réveiller la maisonnée. Mais aussi la décorer, la peindre, changer la serrure. Et bien sur l’ouvrir à deux battants pour accueillir mes amis.

SpinozaBref, une sorte de ou un retour au panthéisme où Dieu est tout ce qui existe (Baruch S.). Avec la possibilité de se l’inventer pour se l’approprier en fonction des événements. Par soi-même, dans son for(t) intérieur, en contrôlant les doctrines officielles depuis le trou de la serrure ou l’entrebâillement de l’icelle poterne (j’ai faillis écrire « l’icelle lourde »). Ensuite, là aussi, le dosage de la réflexion mène à Fresnes ou à Sainte Anne. Liberté conditionnelle ou conditionnée car réflexion hors des clous. Avec au choix inventer des prières psalmodiées calmantes ou s’empiffrer de Temesta. Pas facile lorsque tu as (aussi) fait enfant de chœur, boy scout, etc…

Pour conclure, on, enfin je, citera, citrons, citerai l’Eternel Retour de Friedrich N. :
Mène ta vie en sorte que tu puisses souhaiter qu’elle se répète éternellement

Il dit : ‘Comment ? Était-ce là la vie ? Allons ! Recommençons encore une fois

Ainsi parlait Zarathoustra

12071001474113577910082929