Pâté de compagne & Perrine de campagne

Une relation
Rencontrée
Me relata
La mini saga
Que voilà.

Perrine ma compagne
Vivait dans une campagne,
Trou du Q du monde,
A mes côtés.

Depuis l’heure où fleurit
Ma compagne
Jusqu’au soir clair-obscur
Jupons blancs
Et robe de bure
Nous nous honorions
Yeux de rires
Regards sourires
Corps d’ardences
Et parfois allions
– De requin –
Chagrin
Boire un café
Au proche bistroquet
Somme toute immonde
Mais malgré tout charmant.

Et puis,
Amère passion
Impératifs boulot
Je dû partir en Provence,
A moins que ce ne fut elle
Ma Belle
Qui quitta notre thébaïde,
Dès potron-minet
Ami négroïde
Je laissai son minou
Livré aux ardents chardons
Et aux orchidées
Evaporées.

La femme est à l’homme,
Petit bonhomme,
Et vice versa
Ce que les deux
Mon Dieu!
L’idée comme le désir
S’en font.

Afin de l’emporter
Dans mes pérégrinations
Je la transformai
En pâté
Tandis qu’elle me cuisina
En terrine.

Pas rigolo
Mais chou.
Il y a assurément pire.

 

Merci à Marcello, Fra Angelico, Botero, Janine à Nevy sur Seille, Our Gracious Queen et son Duke of …