Il y eut une vie yachting classique avant Saba

sterwennOn en était encore dans l’ère où le Port Rhu, Douarnenez et le Chasse Marée tiraient le revival patrimonial. Good old times où le catogan mâle se portait long, les filles fumaient des goldos en robes gitane tandis que les vagues et le vent s’amusaient de voir re-naviguer des mariages heureux de bois, de lin, de chanvre, surtout le chanvre qui fait rire les humains comme des mouettes. On usait alors du terme générique « vieux gréements » traduit des old gaffers britanniques, pour tout ce qui n’était pas plastique (et tout ce qui n’était bateau de travail, le yac fait bourgeois voire aristocratique et encore pire »parisien »). Gaff signifie gréement à corne ou aurique; de son côté le bermudien faisait son Marconi avec des vieux gréements aux voiles sans corne. Pas facile de s’absoudre d’un terme impropre.

Bref, Escapade, classée MH, construite en 1928 chez Chassaigne à La Rochelle, sur des plans de Daniel Séveri (pharmacien) qui collaborait semble-t-il avec Victor Brix. Pour le  compte du marquis de Sassevalle, membre du Yacht Club de France. Escapade est une goélette bermudienne à voile d’étai dans le style de l’américain John Alden. Pont à teugue quasi flush deck: foc, trinquette bômée, voile d’étai entre les mats, fisherman au-dessus et grand voile. Le tout hissé sur palans mouflés et palans fins.

Belles balades et régates – dont la Falmouth Classic, Brest 92 et 96, Bois de la Chaise, Coupe des 2 Phares, …- sur la belle après l’avoir sauvée de l’abandon et des gitans de la mer au Grau du Roi, avant d’engager de gros travaux à la Scop de Tréboul pour la charpente et le pont, puis à Port Louis pour les aménagements intérieurs. Grosse énorme dynamique qui fit même accepter aux équipages au sol et de haut vol du Paris Quimper l’embarquement en soute de toute la garde robe de la goèl’.

Un temps propriété d’une famille de célèbres impresarii, Paul Mc Cartney, George Harrisson et Jacques Brel naviguèrent à son bord. Ce qui fit dire sur les pontons que c’était l’ex schooner de Mc Cartney!

Les histoires d’amour finissent mal en général (Rita Mitsouko) surtout lorsque l’objet de la passion fait l’objet d’un tour de passe-passe où l’amitié est prétexte à spolier (attitude vaudevillesque classique de petits esprits mesquins embourbés dans leurs existences de cloportes avides fin de citation). Malgré son issue, l’histoire aura été grandiose comme les rêves et les souvenirs; les amertumes se transforment en légendes comme les plaies d’argent se referment en cicatrices.

 

A nouveau abandonnée depuis quelques années dans le bassin des chalutiers de la Rochelle, il semble que d’autres reprendraient sa destinée en main.

Fasse que les bruits de pontons se concrétisent.

2011– La belle est sortie de sa léthargie pré-plongeon définitif et convoyée vers Saint-Malo aux bons soins du chantier Etoile Marine à Bob Escofier. Un jour, j’irai voir ce que tu es devenue la-bas dans la cité d’Aleth.

Une réponse à to “Il y eut une vie yachting classique avant Saba”