Chroniques d’octobre de mer, de fleuve et d’autres ailleurs

8DSC00004

Ça commence comme un souvenir de mouillage d’attente de départ devant les Sablanceaux. Pas très chaud mais la roborative tartiflette – concoctée par Eric durant la régate – chauffait les intérieurs tandis que les cirés combattaient le froid, nous étions réchauds humains en attente de partance.

Les Sablanceaux, c’est une plage de Ré à gauche du pont quand on regarde depuis les fenêtres du club house à La Rochelle.

8DSC00005 8DSC00006

Nous étions une vingtaine à attendre le départ au gré de ratings. La nuit tombait et le vent montait, tandis qu’à la côte La Rochelle préparait ses feux d’artifice.
Balao, Khayyâm, Rouvelon, Men Brial, Marguerite, Talia, Ellad et leurs camarades en classicisme hissaient les voiles avant de déraper l’ancre. Eric portraiturait l’ambiance pour la postérité et + si affinités.
L’aspect régatier et quelques détails sont à lire ici.

COTE FLEUVE, CE FUT UN (TROP) COURT WE EN BORD DE LOIRE

Après un joyeux anniversaire en bordure du stade Jean Bouin, départ au petit jour pluvieux vers le pays des Mauges – le « Pagus Médalgicus » (pays du métal) de l’époque romaine – à Saint Laurent de la Plaine (49) sous la grosse pluie qui déborde la Loire et pourrit les grappes angevines, pour son festival biennal « 360° à l’ouest » animé de main de maitre par Jean Perrault et son adorabl&fficace équipe , dans ce lieu magique qu’est le Musée des Métiers.
Le musée fut initié à la fin des années soixante lors de la rencontre entre Victor Perrault, le charpentier du village et Abel Delaunay qui avait rassemblé dans sa brouette les outils qu’il n’utilisait plus.
8DSC02080

8DSC02061b

 

Dîner à Chalonnes au bistrot en bordure de Loire cachée dans le brouillard d’eau. Retour le lendemain sous une tentative de sécheresse humide. Gabarre, gabarette, chaland, toue, fûtreau, les appellations de ces navires à voile et à rames qui descendent le cours du fleuve ligérien sont aussi nombreuses que les patronymes des Normands qui vinrent se « nourrir » sur les populations locales.

LE CORBUSIER AU DETOUR D’UNE NUIT

L’architecture de l’hôtel de la Pommeraye vaut le détour. Il fut construit en 1972 sur les plans du cabinet de Charles-Édouard Jeanneret-Gris, (1887 – 1965), dit Le Corbusier, (architecte, urbaniste, décorateur, peintre, sculpteur et homme de lettres) qui fut Suisse d’abord et Français ensuite (le sens de naturalisation s’est inversée).

 
KAKAL, LE SERGENT D’APRES COUP DE VENT

Jolie photo venue d’Eliane via Roger de Kakal, un plan Sergent de 11.50m (ici à Syracuse après un gros coup de vent de l’hiver 1976).8img008

LA BITTE D’AMARRAGE HUMAINE BROUILLONNE.

On s’étonne mais je déconne. Des individus ligotés avec de la corde noire symbolisent l’absence des proches victimes de la violence. C’est l’image forte de la manifestation organisée, le 10 octobre à Mexico, par le Mouvement pour la paix avec justice et dignité. Sa requête ? Que le gouvernement fédéral résolve les disparitions et assassinats dus au crime organisé.
8bitte

 OUVRAGES POUR DAMES ET DAME MARINE AU COEUR DE LA FETE

8DSC02086

 

8alexandreveron-e1363007610407Merci Alexandre Veron http://alexandreveron.blogspot.fr/

Une réponse à to “Chroniques d’octobre de mer, de fleuve et d’autres ailleurs”