Peut-on imaginer Sisyphe* heureux?

Bon, en fait, Saba est heureuse d’être apprêtée, enduite, poncée, re apprêtée particulièrement par Benoît qui pense autant qu’il fait et pense qu’il fait quand il pense et ne fait que penser lorsqu’il fait. Not easy. Donc le Sisyphe side de Saba, c’est cela, mais le résultat c’est une coque tellement lisse malgré son âge, pas une ride, lifting de ouf.

– le premier qui fait un pet ira nourrir les  poissons, le second itou! disais-je en grattant.

Donc, ce fut décapage des vieux vernis – vu le coût des vernis en place, malheureux qu’il n’y ait pas un marché de reprise des vieux vernis: – au décapeur thermique, racloir et ponceuse d’angle. Merci Sophie aussi! Le truc qui te fait la gorge sèche et les yeux gravateux. Et total courbaturé.

Le roof est contreplaquisé.

Et Saba à nouveau grise.

Mais elle va reprendre des couleurs bientôt.

Photos autres

  • Tite note à propos du Sisyphe heureux d’après Albert Camus. L’absurde est l’homme – comme Sisyphe qui remonte sempiternellement son rocher qui rolling stone à peine au faîte de la montagne – avec cette recherche vaine de sens, d’unité et de clarté, à la surface d’un monde inintelligible, athée mais aussi dépourvu de vérités ou de valeurs éternelles. Confronté à l’absurde de son questionnement, l’homme pensera y mettre fin par le suicide, alors qu’il ne pourra surmonter ses pulsions qu’en se révoltant contre sa condition. Et y trouver le bonheur d’être autre chose qu’un avatar.

Les commentaires sont fermés.