Saba ou l’impossible carénage à Carénage (97133)

567_001Genèse idiote – Je pressentais d’aller caréner Saba au rivage de l’opportune Carénage. Problème n° 1, Carénage est désormais Gustavia, à St Barth. Et n°2, avant de traverser l’Atlantic Ocean, il fallait caréner. Alors j’ai carénée Saba à Paimpol. Les grandes idées romantiques se heurtent souvent ainsi à la réalité pragmatique.

Ainsi, avant d’entrer dans le fil du sujet , cette poésie Sardines à l’huile de l’excellent Georges Fourest (1867-1945)

Dans leur cercueil de fer-blanc/Plein d’huile au puant relent/ Marinent décapités/ Ces petits corps argentés/ Pareils aux guillotinés/Là-bas au champ des navets !/ Elles ont vu les mers, les/Côtes grises de Thulé,/Sous les brumes argentées/La Mer du Nord enchantée…/ Maintenant dans le fer-blanc/ Et l’huile au puant relent/ De toxiques restaurants/Les servent à leurs clients !/Mais loin derrière la nue/ Leur pauvre âmette ingénue/ Dit sa muette chanson/Au Paradis-des-poissons,/Une mer fraîche et lunaire/ Pâle comme un poitrinaire,/La Mer de Sérénité/Aux longs reflets argentés/Où durant l’éternité,/Sans plus craindre jamais les/ Cormorans et les filets,/Après leur mort nageront/Tous les bons petits poissons !…/Sans voix, sans mains, sans genoux/ Sardines, priez pour nous !…

floating_in_water-1920x10801Commentaire perso version salon de coiffure dont sort coiffée la dame plongée : seul le carré nage !

Donc, on y va ?

Le Beta de Saba démarra et tourna comme une horloge à 3 pattes. Exercices de manœuvres pour s’extraire des accouplements du bassin de radoub. Petits vieux gréements et un gros derrière. J’avais l’intuition de l’ultime manœuvre sabbatique. Alors I took my time pour la faire bien. Aussières avancées, reculées, déplacées. Saba à la longe comme un cheval tranquille content de retrouver son patron. Tout (se) passe comme sur des roulettes, plutôt contre des pare-battages. Sortie vers le port du Quinnic

20161014_10271320161014_102547

Lent et long demi-tour avant arrière, Saba & I en accord de souvenirs réflexes de manœuvres moteur avec cette fichue hélice excentrée où la barre n’est utile qu’en avant. En arrière, l’hélice entraine latéral et fait tourner le yacht. La barre avait joué sur son axe et le boulon supérieur desserré donnait beaucoup de jeu. Déjà vu. Direction l’ancienne écluse du Quinnic dans laquelle j’entrai si souvent. Sur l’erre à droite pour gagner le refend du quai avant la grue. 9.45, tout dans les temps, RV prévu à 10h.

20161014_102929Sauf que. Jean-Yves de Chaisemartin, le Maire de Paimpol, faisait remettre à l’eau son Ayata, un Océanis 55, après une rencontre à 10 nœuds avec un obstacle de granite local.

Pas gagné l’horaire de mise à l’eau de Saba ! En même temps, rien à dire, Monsieur le Maire avait apporté des croissants pour tous ceux qui étaient sur la partie technique du port !

11h30. Le sens des valeurs: Pierre Yves D. ôtait les chaussons enfilés pour protéger le pont du bateau du premier édile et s’affaira sur le pont de Saba en chaussures de travail.

 

20161014_11314611h45. Elingues passées, Saba s’envole. Dessous modèle pâturages foldingues. Grosse densité herbes et mollusques. La belle des champs de port est déposé sur le chariot, bastaing et patins. Et en route vers le chantier Dauphin pour carénage.20161014_160438

Sauf que (bis). Le timon du chariot rend grâce. Filetage trop salé 20161014_150622sollicité.

– Le soudeur ne sera là qu’à 14 h.20161014_122449

– Heureusement que j’ai prévu de ne repartir que demain ! Vexé le Pierre Yves. Pas correcte sa vanne en retour qu’il s’est immédiatement ravalée. T’inquiète amigo, je repars demain. Juste besoin de tarif et

ça c’est pas évident : la logistique n’aurait-elle pas de prix ?

Balade sur chariot entre resto et bar.

20161014_150900Ensuite, ça a été carénage gros au racloir à manche puis au couteau de peintre large avant d’attaquer au karcher lourd dont la pression t’envoie voler si tu n’es pas un combattant !

La carène de Saba sortait de la jungle aquatique.

Le soir je dinais chez mes hôtes paimpolais, Céline & Benoit, amical repas.

Et au café du matin, ce samedi-là, je confiais à Benoit que j’allais me séparer de Saba. Triste voilà !

Alors, je lui ai fait toilette et rangement, on s’est causé un moment pour lui raconter le passé et le présent. Vieux potes qui ne se perdront pas vraiment de vue par la pensée. Quinze ans que l’on se côtoie.

Et aujourd’hui Saba est là

Passant qui passe, … admire et souviens-lui!

20161015_12041220161015_110752

20161014_17465310505441_766949620029910_9012318032318808211_n

11012348_10153169112979111_1100454781421553477_n1780648_10152263213954111_196054655_n

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Les commentaires sont fermés.