Les dessous du critère classique : classique ou pô ou plus tard ou pas du tout!

Fours Freedoms 1951 [640x480]Nous sommes dans les heures où le classique yachting s’inscrit dans le patrimoine vivant et de fait, plus il vit plus il vieillit, Ce qui amène inéluctablement – voire artificiellement – à repousser les limites de la qualification « oldies » ainsi que les notions de construction à l’unité, petite série ou série quasi industrielle. Et lorsque, dans quelques temps, le critère dit classique s’appliquera aux premières séries produites par les chantiers de construction nautique, on pèsera au milligramme le pourcentage de carbone et de kevlar pour justifier de l’appellation. On a fait des guerres pour moins que cela.
Donc, pour faire suite à un long entretien avec mon ami François B., Brestois émigré sous le soleil éternellement printanier de La Rochelle, j’en suis arrivé à aborder le sujet de ce yacht lancé en 1951. Comme Gullveig, Kala, Kraken II, Sinbad, etc. et bien avant d’autres estampillés classiques, qui se nomme Four Freedoms (4 libertés).


Conçu par M. Robert Boyle, ingénieur dans une grande usine d’automobiles anglaise, il fut imaginé dans le but rationnel – un ingénieur j’ai dit ! – de considérer d’abord le but et les détails à atteindre, puis de chercher à y parvenir par les moyens les plus simples qui, en principe sont les moins onéreux, tout en s’éloignant de la routine, en innovant quoi. Ce voilier-là devait être assez important pour accueillir 6 passagers et pouvoir être manœuvré par un homme seul à bord. La coque devait être étanche et réclamer le moins d’entretien possible. Cahier des charges clair.
Conclusion : alliages d’aluminium, peintures pour l’aspect, ni membrures, ni lisses, coque cloisonnée légèrement cylindrique pour résister aux chocs (cf. Ie bambou qui est un tube cloisonné de distance en distance).
FFreedoms [640x480]C’est le cabinet Laurent Giles and Partners – dont on reconnait la patte – qui dessina les œuvres vives au faible tirant d’eau en harmonie avec les œuvres mortes projetées par Mr Boyle.
« Du reste, le résultat ne manque pas d’harmonie même s’il doit choquer les personnes dont l’œil s’habitue difficilement aux formes nouvelles » dixit le concepteur satisfait.

Numériser0001 [640x480]Les dimensions :
Longueur hors tout : 10,78, Bau : 3,04, tirant d’eau : 2,03, poids : 6 T 5
Les innovations particulières :
Mr Boyle réalise lui-même une grande partie de son accastillage et invente un dispositif de girouette anémomètre qui transmet les infos via un système de contacts électriques reliés à de petites ampoules dans une boite placée au pied du mat. Ces ampoules sont rouges et vertes : les rouges indiquent les degrés d’angle du vent a bâbord, les vertes a tribord. La vitesse du vent est indiquée via un manomètre place sur la boite qui contient les ampoules de couleur.
Le loch original dont l’hélice est protégée par un aileron, groupe électrogène et moteur diesel montés sur caoutchouc, accouplements d’arbres idem, pompes électriques, poêle, …

urlRevenons à nos moutons one by one, ce yacht entre dans toutes les catégories.
En revanche, son acceptation dans un havre dédié aux yachts classiques va faire l’objet d’un débat arbitraire limité à l’interdit !
Et pourtant, il est aussi ancien que la majorité des yachts classiques rencontrés, aussi unique que les « ancêtres du circuit », aussi témoin d’une époque révolue, aussi original dans son concept qu’innovant dans sa réalisation et ses architectes appartiennent à la vieille école.
😯 Ce qui pourra le sauver est la possibilité qu’il « ne marche pas » jusqu’au moment où il démontrera le contraire. Et les Rating Rapetous vont s’activer à la dératinguer puis à critiquer 2 puis 3 bricoles non conformes à l’esprit en invoquant l’imperfection de l’équité, et l’armateur toujours fier de son canote l’emmènera dans les régions où le béotien s’extasie encore de l’originalité. Et toute la belle envie de naviguer classique trépassera comme tout trépasse because les ayatollahs oublient toujours que le temps joue en défaveur des bateaux et des hommes. Les aventures passées des épaves oubliées sur les grèves sont récurrentes : tu as encore oublié ton épave sur la grève ? Va falloir la démolir à la pelleteuse. Tu fais vite une photo et tu l’enfouis dans la mémoire de ton ordi.

url

Le rating m’indiffère tant qu’il n’empiète pas sur les performances réelles du canote (sentence Pagan)

Les commentaires sont fermés.