Les vues du large de Lady Taud

Pôlitiquement côrrect

Le politiquement correct, diktat officiel, & les réseaux sociaux, lobbying populaire, vus des longue vues plutôt courtes de la chère Lady Taud et de son homologue sinophile Lady TÔ, dite Cerise Chérie lorsque, vaquant dans les parages, elle s’invita à bord du yacht ladiesque.1pol1

 

Lire la suite de cette entrée »

L’amie Marto, des nus émasculés à la photographie nécrologique

 Ce matin, la Lady, levée tôt, après l’avoir grimpé tête vers le ciel, avait décidé de descendre le grand mat tête en bas.

Elle le fit, certes sans sourciller, mais je savais que la prouesse cachait un diphtongue, une interrogation introspective : nous allons y venir.

Contemplons la belle dont la grâce n’a cure des regards libidineux trop minuscules pour l’émouvoir.

3marto13marto1b
Lire la suite de cette entrée »

Saba dans le vieux port de Bruxelles (Belgique)

2brux1La Lady Taud est toujours immobilisée par un meltem tenace à Rhodes, elle condescend toutefois à fréquenter en fin de journée la plage où bientôt, l’été pointant, Scandinaves et Teutons vont s’affronter, se déchirer à la bière et au vin blanc.
Son factotum amoureux rampant la suit, dardant son regard myope sur sa plastique dont les statues grecques (hâlées malgré leur teint d’albâtre) sont envieuses au point de se dé-piedestaler et de perdre membres et têtes au gré des érosions barbares.
Elle déambule et folâtre, son sac de plage aussi inutile que son maillot futile, rythme sa démarche et les yeux des mâles envoutés qui ce soir vont aimer leur femme pour l’envie d’elle (dis-moi le contraire, gringo et remercie la providence d’avoir une douce amie au lieu d’une chiquenaude solitaire ou d’un assaut tarifé).

  Lire la suite de cette entrée »

En février, accroche ton lévrier…

… au pilier du bizarre bar de Zanzibar

Tout commença par une galette des rois (galetta de los reyes) sous dominance mexicaine avec Catherine, Male, Marta, Antonio, Eduardo y Fernando et la famille de France rassemblée autour des bouteilles de vin et de champagne.1zanz1Mata-Hari, vers 1906, refaisant le monde sur un joli tapis en poils de fesses de yac cousu de fil d’Ariane

Lire la suite de cette entrée »

Nous étions en route pour Zanzibar.

Nous avions prévu d’aller nous ancrer à Killindoni, parmi les pécheurs du port de Mafia, l’une des 3 iles de Zanzibar, la terre des noirs.

La goélette descendait le vent tranquillement, tandis qu’Armel (Le Cleach au clash) et François (Gabart la bagarre) se duellaient dans le Pacifique ; mouvements doux et voiles légèrement trop bridées pour ne pas claquer.
Lire la suite de cette entrée »

Lady Taud face à la tempête

« Tempête dans un verre d’eau n’a jamais coulé un seul bateau ! »

3d211

Le yacht de Lady Taud est ancré bien abrité dans un aber du Bosphore. Entre Bosphore et Dardanelles, ledit « passage de la vache » populaire ou plutôt pour les « antiquaires », le Pont-Euxin de ce bon vieux Darius qui voulait foutre la pâtée aux Scythes.

Bref, ce matin, je suis monté sur la crête de la falaise au vent. Wouaouh ! Ça souffle et ça brafougne comme si les esprits qui bienveillent la terre étaient en colère.

– En colère contre qui, grand dieux ? lançais-je en refermant soigneusement la porte du doghouse cosy ; ivre de vent, je parlais fort et connaissais d’avance la réaction de la Lady qui prit son temps avant de répondre :

Lire la suite de cette entrée »

Après un long voyage, le jour où Lady Taud rentre à la maison.

2ella-maillartLa lady rentrait épuisée. Le voyage à Québec s’était transformé en expédition à Bornéo puis au pied du Kilimandjaro et pour le présent, elle reprenait son souffle avant d’en analyser, synthétiser et optimiser les péripéties.
2marcel_dadiElle songeait à pondre un livre dans la lignée des Karen Blixen, Alexandra David-Neel, Ella Maillart en ajoutant un soupçon de Calamity Jane. Le fait de penser à ordonner ses souvenirs la fatiguait encore plus.
– Toujours cette envie d’oeuvrer qui me taraude, lançait-elle, elle qui n’avait jamais rien fait de plus que de se préoccuper d’elle.
En faisant le tour du domaine, je constatais que le courant de la piscine ne produisait plus les mêmes langueurs sonores Jimi Hendrixiennes et reflétaient plutôt, le chien de Mickey, les staccatos techniques du picking de Chet Atkins, Merle Travis, Jerry Reed, Doc Watson et Marcel Dadi (qui tomba dans le picking avec « la fille du nord » adaptée de Bob Dylan par Hugues Aufray.
Lire la suite de cette entrée »

Docteur Pruneau et Mister Barbapapa

Docteur Pruneau et Mister Barbapapa

Rencontres opportunes et la mise en bouche qui s’ensuivit…

pruneau1pruneau2La lady s’éveillait d’une longue sieste durant laquelle, rapporta-t-elle, elle eut la vision d’un yacht en chantier, épontillé solitaire devant un chantier fermé. Un canote qu’elle jalousait en son for intérieur d’abord à cause de son patronyme de Saba qu’elle ne parvenait à raccrocher à ses quartiers de noblesse (Zequouine) et parce qu’elle ne pouvait – malgré sa polyandrie galopante – en être la reine car la place était aussi prise qu’inexpugnable.
Or donc, bon prince – bonne princesse dans ce cas est assez moyen comme expression – elle décida d’aller visiter la zona technica où vaquaient des artisans indolents aux airs de carénage.
Lire la suite de cette entrée »

Les vues du large digressives de Lady Taud

1images-1La Villette-Québec

 Ce matin la Lady émergeait d’un sommeil perturbé par la trop longue sieste de la veille.

-«Je déteste les nuits blanches causées par le manque de sommeil».

-«La notion de manque de sommeil n’est pas la même pour tous !» répliquais-je, en faisant valoir que toute la nuit j’avais repris le amarres au gré des marnages et des coups de pamperos locaux.
Lire la suite de cette entrée »

Dans la chaleur des tempêtes d’hiver.

 

6tempete 

6bambousCoups de vent enchainés à 50 nœuds décibels sur mer et sur terre assortis de belles rencontres au Nautic où l’on cause embruns sur la moquette du salon.

Dans mon jardin, j’ai arrimé les plantes bousculées échevelées couchées par les grands vents violemment venturi des villes.
 La plante en jardin clos méconnait autant son bonheur d’alcôve enclose protectrice que l’habitant d’une maison abritée des vents cardinaux par tradition coutumière, frileusement enfouie au creux d’un vallon méprisé par l’ouragan qui ne sait par où infiltrer sa brutalité.
Lire la suite de cette entrée »