Saison 2016

Channel Classic, l’invincible Regatta – 1 de 3

Cricket à Herm

Ce matin-là, à St Peter, les équipages s’affairent pour la régate de clôture de la Channel Classic à courir dans les courants musclés de Sercq. Seule ombre au grand beau temps, le vent est aux abonnés absents. L’épreuve étant annulée, le Comité de Course, propose aux concurrents de se retrouver à Shell Beach, dans le nord-est de Herm. Sur place, l’organisation est rodée et deux pneumatiques effectuent la navette entre les yachts à l’ancre et le rivage, embarquant ladies, hommes, bières et transportant balles, battes et « wicket » de cricket. Une fois sur la plage, les Français bénéficient d’un rapide briefing sur les règles essentielles de ce  sport terriblement british; puis, les matchs acharnés se succèdent entre les 30 yachtmen britanniques et leurs 5 homologues malouins et paimpolais. Le jeu fut fair-play (exception faite du redoutable batteur guernesiais embauché pour l’occasion par les Britanniques déjà supérieurs en nombre). Cet après-midi-là, l’esprit de la Channel Classic Regatta souffla sur Herm.

Lire la suite de cette entrée »

Zig & zag dans le Channel

Le retour épistolaire de Lady Taud lors d’un séjour à Dartmouth

Saba boss- J’étais enfin entré dans l’estuaire de la Dart après une longue série de bords de près, strong wind in ze pif. Pas trop le moyen d’échapper aux virements répétés, aucun bord favorable. Fort heureusement, les courants du fort coef. compensait les 30-40 nds de vent froid. Avec 2 ris bien assurés dans la GV, le foc bridé roulé à 6 tours, pataras à cran, Saba faisait son job, nez dans la plume et beau sillage au cul. Quatre à bord, tous vétérans de grosse brise. Près de 40 heures depuis Audierne. Cassoulet dans le Four puis pâtes et soupes chaudes ensuite. Nécessaires pour se sortir de l’humidité froide.

Le ponton était libre devant le RDYC, pas trop demandé d’avis ni d’autorisation, le pavillon français est une sorte de sauf conduit autorisant l’impertinence – messieurs les anglais tirez les premiers *- vis-à-vis de nos cousins préférés. Et Dieu sait s’il est délicat d’entretenir aimablement des relations de cousinage !

Lire la suite de cette entrée »

Ah! Puis birthday !

14088713_1138136899566127_257515690_nD’abord, merci merci pour les messages, MP, FB, SMS, appels, destinés je pense à me soutenir face à l’adversité que nous subissons toutes et tous même si nous faisons les malins dégagés. Il faut bien s’y faire, cette année est une de plus et le plus est préférable au moins avoue l’optimiste torturé qui est en moi et que je m’obstine à sauvegarder. Cela + ou -, au bout c’est prise de terre. Bref, vanne d’électricien assez nullos in fine.

Ce samedi as usual annuellement se déroulait l’âgée du YCC. J’ai endossé le blazer sur jean mais sans cravate histoire de faire dans le social parmi les porteurs de pulls que tu n’as jamais trouvé le magasin qui les vend. J’adore ce look mais, coincé, je m’y refuse encore au risque de passer pour un provincial cool Raoul qui se fout de son image éponyme. Et se vêt idem à la scène comme à la ville. Ce qui économiquement parlant semble plutôt positif.

Lire la suite de cette entrée »

Saba ou l’impossible carénage à Carénage (97133)

567_001Genèse idiote – Je pressentais d’aller caréner Saba au rivage de l’opportune Carénage. Problème n° 1, Carénage est désormais Gustavia, à St Barth. Et n°2, avant de traverser l’Atlantic Ocean, il fallait caréner. Alors j’ai carénée Saba à Paimpol. Les grandes idées romantiques se heurtent souvent ainsi à la réalité pragmatique.

Ainsi, avant d’entrer dans le fil du sujet , cette poésie Sardines à l’huile de l’excellent Georges Fourest (1867-1945)

Lire la suite de cette entrée »

Un (Le!) Saba sinon rien

31Après 14 ans de partages actifs, je vends Saba pour diverses raisons dont la principale est de ne plus pouvoir la faire autant naviguer. Et qu’un yacht qui reste au port risque de s’abimer plus vite qu’en navigation.

Les caractéristiques et l’histoire du yacht sont visibles là 

Visible chez Dauphin Nautic, Saba vient d’être sortie de l’eau à Paimpol et le carénage a été effectué.

La coque en bordés francs acajou est en bon état; le pont mériterait d’être étanchéifié.

Le moteur Beta Marine 28CV démarre toujours et fonctionne très bien.

Les voiles – GSE, GV avec taud, spi – sont en bon état.

Le pilote barre franche fonctionne. Les 2 batteries, les coupe circuits et la pompe de cale sont récents.

Saba a été essentiellement entretenue au chantier Conrath à Paimpol; les matelas (7 couchages possibles!) et les voiles sont abrités au sec chez Accastillage Diffusion à St Brieuc.

Valeur expertise 2011: 60 000 €. Mais le prix de vente proposé est très nettement inférieur!

Toutes les questions et infos utiles par mail ou par téléphone au 06 07 294 560

Ou bien allez sur Le Bon Coin

Defi bar 2012_16-borderSABA Trébeurden-Lézardrieux 4 et 5 Octobre 2014  (8)MINOLTA DIGITAL CAMERAKIF_2349

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Retrouvailles de goél’

sterwennCela faisait un moment que j’n’avais goélé ! Pas la mémoire des dates mais des canotes si. La dernière fois ce fut longtemps Escapade la belle, depuis exilée en Italie semble-t-il. En même temps son premier armateur commanditaire ne fut-il pas le marquis de Sassevalle, membre du Yacht Club de France, qui termina ses jours sous les cieux italiens. 

Donc là j’embarque au tout petit matin au bout de  3 heures de sommeil après une jolie soirée avec Céline et Benoit, nos Paimpolais, et Malorie, nouvelle amie arrivée au YCC. Ma belle a dormi les mêmes heures, m’a accompagné au bassin du Musée avant de rentrer préparer le petit dèj’ des Paimpolais à la maison.

Lire la suite de cette entrée »

La Coupe des 2 Phares et l’extravagant déboulé de Nérée

img5434cd6c23af6Après avoir couru la 2 Phares plusieurs fois  avec Escapade, Saba évidemment mais aussi à bord de Sinbad (3 Phares from Cork) et  de Thalamus, l’édition 2016 dans l’extrême chaleur brestoise s’effectuera à bord de Nérée. Question : mais pourquoi donc a-t-il embarqué à bord de Nérée celui que nous vîmes en vainqueur entre Dartmouth, Plymouth & Brest ? Seul(e)s celles & ceux qui apprécient les yachts classiques, non pour ce qu’ils représentent comme objet mais pour ce qu’ils apportent comme partage humain, adhèrent. Libre à chacun de voir midi à sa porte comme à d’autres de ne pas partager les mêmes notions temporelles. La liberté n’a de valeur que celle de pouvoir se libérer de ses chaines.

Bon d’abord Nérée, j’avais déjà connu au YCLB lors des Voiles de Légende 2013

Extrait – L’ambiance était très Collège de France. Les réparties fines, les citations exquises, les commentaires éclairés se mêlaient aux tournures graveleuses mais recherchées expédiées au rythme d’un tir de barrage lorsque, cédant à la poussée d’Archimède, il s’effondre en noyant la vallée où d’innocents anonymes à 2 et 4 pattes passent et paissent en paix. Donc ambiance Collège de France qui pourra autoriser à rappeler que, chez les Grecs, Nérée est un dieu marin primitif, surnommé le « vieillard de la Mer ». Fils aîné de Pontos Le Flot et de Gaïa La Terre, il est le mari de Doris (le Tina de Pierre Follenfant ?) et le père des cinquante Néréides, quelle santé ! Qui, elles, les chéries, sont des nymphes marines telles qu’on en voit sur la plage devant le yacht club. Elles portaient souvent des tridents (les prothésistes dentaires balbutiaient encore) et chevauchaient des tritons qui, sous l’appellation de salamandres, permettaient de se chauffer les fesses.

Lire la suite de cette entrée »

Hommage inutile à la bouée de régate anonyme

DSC_0084Bon ok, elle fut mouillée là par le comité de course pour des motifs extrêmement pertinents visant à construire un parcours équilibré afin que la régate soit belle et que les régatiers soient enchantés au point de ne pas contester*.

Arrivées par le même bateau et ancrées séparées, les cousines en bouétitude font mine d’être uniques ; celle du bord d’empannage snobe celle du virement de bord.

– Tu comprends, l’empannage et le virement, c’est l’harmonie vélique vs l’hystérie physique.

Lire la suite de cette entrée »

Retour de Galice. Rouvelon brise son mat au large de La Corogne

10513286_667740639971435_2460258559278191653_n

Interview de Bernard R., homme de qualité, connu pour avoir fréquenté la cousine de Winston Churchill

Moi : Bernard, dis-moi comment ça c’est passé ?

Lire la suite de cette entrée »

Et un Blanchard dans le brouillard, un !

jouet-triton-84042060122450485369516654554568xL’histoire est née de Marie et Lou, conjointement notre nièce et son chéri. Passion partagée de voilier sans n’y rien connaitre mais alors là rien du tout mais passion partagée. On sait la chance sourire aux audacieux qui n’ont guère froid aux yeux. Après plusieurs repérages de yachts, quelques conseils des tontons – Olivier & I – ils tombèrent en amour de ce Triton.

Construit chez Jouët en 1965 sur des plans de l’américain  Carl A. Alberg, il mesure 8,65 m, 2,55 m au maitre bau et 1,30 m de tirant d’eau. Beaucoup furent des sloops celui-là est gréé en yawl. Il s’appelle Triton et va s’appeler Black Pearl. Lire au sujet du changement de patronyme d’un yacht le paragraphe consacré dans  Le Dictionnaire insolite des mots marins.

Lire la suite de cette entrée »