De Paimpol au Légué, revoir ma Normandie, j’irai

Paimpol, c’est maison. On se connait et s’accueille avant de reprendre les histoires du temps passé et présent. On s’y sent chez soi. Je n’étais pas revenu depuis juillet pour la Classic Channel.

Saba était déjà à l’eau et n’en faisait pas. Merci les attentifs Dauphin, grutiers de père en fils.

Venant de La Rochelle et Port louis, ce fut stop à Saint Brieuc chez Accastillage Diffusion où inventoriaient Sophie, Benoit et Philippe.

Go to Paimpol, batterie neuve, voiles embarquées, moteur démarré au presque quart de tour.  Ce Beta 3 cylindres est magique !

Le lendemain, dèj’ avec Jean François au Relais du Ledano et son menu boisson café à volonté. Roboratif, accueillant et prix resto ouvrier. OK ?

Voiles à poste, nettoyage des fonds à l’eau du port, poubelles nécessaires. Karcher pont et fonds au soir par l’expert.

Mercredi matin, 5°C secs, écluse gros coef à 8h25. C’est parti pour Saint Brieuc. Grand soleil froid, pas lui, le vent ! Veste de quart sur polaire. Mer tout juste vaguelée beau temps, plic ploc contre la coque. Saba heureuse, pas qu’elle.

Abattu bon plein, toutes voiles dehors – bon ok, GV & GSE, le spi était resté au port ! – visibilité de matinée frisquette. Courant avec, phare de Lost Pic et toutes les roches autour. Mez Goelo, le Pommier.

Justement le pommier ! Majorité normande à bord. Sophie du Neubourg restée à terre, Louviers et Rouen représentés depuis Lézardrieux, Paimpol et Ploërmel. On a failli causer cauchois. Ça l’aurait fait à Sark.

Les coquillers labouraient les fonds marins. Raclaient plutôt, remontant coquilles et cailloux

Cabotage ? Arrêt dèj’ à Saint Quay – le saint nom de Quay pour un port, ora pro nobis ! – puis, comme nous avions du temps avant d’écluser – l’écluse pas le gwin ru ! – le grand tour des roches de St Quay. Navigation de mémoire prudente car les cartes papiers n’étaient que lambeaux humides !

La mer est totale plate, les risées s’estompent, Saba avance doucement, courant poussant.

Chenal, écluse, pont, tout passé. Juste l’excité de service qui hurla et tempêta après Sophie qui nous attendait : « J’ai l’autorisation de prendre cette place à quai ! ». Gare ton caddie gringo. Avale ton bromure.

Voiles pliées rangées le soir même. Gaffe la rosée au matin !

Prochaine étape : démâtage, grutage et hangarage. L’histoire continue. A suivre.

Paris’s back to ma Belle.

 

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Trempage sous grue dès samedi

Trempage sous grue pour réhumidification dès samedi prochain avec le concours efficace de Dauphin Nautic . Batteries en charge d’ici là car la pompe de cale devrait être utile, très utile. Du moins très sollicitée les premières heures. Cross your fingers.
 
 
Saba dévoilée, à peine née.
Chez Bertin à Carqueiranne en 1964 pour
Alain Lecerf
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Lofing match Saba vs Griffon vu depuis Acteia II, en 2006. Griffon lâchera prise 10 mn plus tard! C’était du temps où l’on conservait le pavillon national en course parce qu’on ne savait pas. Maintenant, on sait qu’il ne faut pas le garder parce que cela signifie qu’on abandonne la régate.
 
 
 
 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Saba, l’aventure repart

Il y a un an, chez Benoit à Paimpol, discussion grave à propos de Saba. Je ne sais si nous bûmes or not, mais la décision amère fut prise de vendre le joli yacht.

Donc mise en vente. Contacts sérieux, disons 3, farfelus ou total naze, beaucoup. Et Saba s’expose sur un parking chez Dauphin Nautic . 

Vents, pluie, soleil, passants qui passent, d’autres qui grimpent à bord (!).

Classic Channel Regatta on July. Depuis Dartmouth. Lézardrieux Paimpol avec Benoit à bord comme expert en chenaux bréhatins: On ne va pas laisser Saba!, dit-il. Allez on va remettre la belle en état près du magasin, à St Brieuc.

Merci! C’est (re) parti!

Musique!

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Dédicacer en un beau jardin

celui du club house intermédiaire du Yacht Club Classique, bonheur, fleurs & lecteurs

Enregistrer

Mise en bouche 2017

Première régate de la saison, l’appellation d’origine incontrôlable de Mise en Bouche aura donné de la Bouse en Miche, Bise en Mouche, voire d’autres jeux nettement plus fellatieux dès lors qu’on se prête aux marivaudages véliques. Conseils donc, histoire d’échauffer les pudibonderies latentes : lors de ladite mise en bouche, évitez de fumer la pipe, d’appeler les pompiers, de turlutter le spi ou de proposer des gâteries au vainqueur.

En 2010, la fameuse MEB s’était déroulée conjointement dans le Golfe, au Bono, et dans les Pertuis.

Lire la suite de cette entrée »

Channel Classic, l’invincible Regatta – 3 de 3

La course Paimpol – Saint Peter à bord de Z.

07h50 – 08h50. Les uns derrière les autres, les yachts quittent le port. Les pavois ont été descendus, les tauds de voiles repliés et la longue cohorte classique prend le chenal.

A bord du Tigre Z dessiné par Georges Auzépy Brenneur, nous sommes 5, Hélène et Xavier, Stevan, Pascal Niard le Malouin armateur du sloop construit au chantier Pouvreau en 1967. Et moi-même.

Le voilier mesure 13,37 m au pont, 8,20 m à la flottaison, 2, 62 m au maitre bau, 1,45 m de tirant d’eau et déplace moins de 5 tonnes.

Une tasse de café à la main et la barre entre les jambes, Pascal raconte son bateau.

Lire la suite de cette entrée »

Plaisirs de Plaisance mais pas que

Dédié à : À tous les plumitifs véliques, aux écrivains de mers et à Homère notre père, qui magnifia les marins en des temps où il n’était pas toujours plaisant de l’être ; berceau et bateau mènent
à la même fin : un trou dans l’(e)au-delà.
Et puis, bien entendu, à toutes celles et tous ceux qui naviguent, ont navigué, rêvent d’embarquer pour aller vérifier si les vagues secouent autant que les risées.
Si on ne s’est pas croisé sur l’eau, on s’y croisera parce que c’est là qu’on est encore maitre de son propre destin et que le partage nécessite autant d’attentions qu’il apporte de bonheur. C’est beau, dit comme cela, non ?

Deuxième (troisième mais bon!) ouvrage produit et diffusé en indépendant. Sur la plateforme Create Space d’Amazon.
Je n’éprouve aucun ressentiment contre les éditeurs, sincèrement non.
Mais un livre est un moment de vie qui a usé un peu l’auteur qui s’use encore plus – non pas à convaincre un éditeur – mais à attendre, toujours attendre la date de parution, le résultat des ventes, … plus usant que d’écrire.
Donc, je me fais mon indépendant et j’écris et réalise et suit. Je sais où sont mes livres.

Et je saurai si vous aurez aimé celui-là. Bonne lecture.

On le trouve là

Enregistrer

Non au vieux gréement !

Fais pô tes nerfs, calmos! Je parle du néologisme rapidement traduit et qui n’évoque – oui miss & mister – que les globalement voiliers de travail aurique. C’est-à-dire à corne, ok mon lapin ? La corne n’ayant à voir avec le diable fourchu ni non plus l’excroissance liée au dérapage conjugal, mais avec l’espar (corne ou pic) qui tend la voile.

Pour préciser dans le détartrage détaillé : la voile au tiers ne concerne pas les parties à trois (ni à Troyes dans l’Aube) et la livarde n’est pas le surnom d’une copine chinoise à peau blanche (tu traduis gringo ?)

Le vieux gréement est devenu donc le terme générique pour tout ce qui surnage vieux. Généralisons donc : vieux gréement c’est globalement bateau de travail à voilure aurique. Du lourd, du costaud, élégant & pro. Comme ici Unity of Lynn.

Lire la suite de cette entrée »

Jauge Classique évolutions

Compte tenu de l’évolution de la Jauge Classique et l’autorisation prochaine des appendices, foils, gréements et voilures exotiques, de telles figures vont être possibles sur les yachts classiques. Donc, là c’est anticipation mais à peine!

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

En route sans doute car qui doute n’amasse pas route

Je tiendrai à préciser que les équipières et piers assis au vent ne sont ni puni(e)s? ni privé(e)s de la chaude chaleur du carré si propice à partager belles phrases et verres à ras bord. Les deux s’harmonisant particulièrement au mouillage comme au port. Du pur bonheur classico vélique!

Or donc, le PDV de Saba a chuté – boum! – (25,23,12) afin de permettre à la ou au prochain((e)s armateur de pouvoir effectuer les travaux de remise en état pour un montant final fort raisonnable compte tenu du « marché » comme du pedigree du yacht.

Subjectivement, Saba est un super canote .. et objectivement itou.

Par conséquent, je souhaite beaucoup de bonheur à la/au prochain(e) armateur (e) ! Et, promis, si je croise Saba sur une ligne de départ, je vous laisserai filer devant avant de venir boire un verre à l’escale (si j’y suis convié of course!)

Pour tout savoir

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer